Tout l’agenda

/!\ Conformément aux annonces gouvernementales, l’accès au Musée Rabelais nécessite la présentation d’un certificat sanitaire conforme pour toute personne de plus de 12 (et 2 mois) ans. Le port du masque est requis à partir de 11 ans.
Ensemble, continuons d’appliquer les gestes barrières.
A bientôt au Musée Rabelais !

Rien ne va plus ! [INSTALLATION]

Rien ne va plus, « œuvres-sites » et performance autour de l’œuvre de François Rabelais, est la restitution d’une résidence d’artistes reçue au musée Rabelais entre septembre et octobre 2019.
Le projet du duo mêle arts visuels, performance et arts de la scène.

Thème : Habiter le lieu – installation mai-décembre 2021

Artistes : Didier Galas metteur en scène comédien / Jean-François Guillon artiste plasticien

Visible au seuil de La Devinière, l’insertion énigmatique de lettres alphabétiques dans les boulins du pigeonner s’impose comme un message gravé sur le frontispice à l’entrée de l’abbaye de Thélème. Ces mots sont difficilement compréhensibles puisqu’ils puisent leurs origine s dans la langue des Antipodes, du pathelinois ou encore du lanternois. Rabelais place ses mots dans la bouche de Panurge lors de la rencontre avec Pantagruel. La discussion étrange se conclue par l’expression en langue française celle du jardin de France, la Touraine.

Entre poésie et signalétique les œuvres plastiques de Jean-François Guillon s’immiscent et se déploient également dans les jardins avec les insectes gothiques et le panneau signalétique « bergers/ fouaciers » qui reprend symbolique l’opposition des deux camps qui mènera à la fameuse guerre picrocholine. C’est véritablement comme une « matière texte » que le duo d’artistes a investi l’œuvre, tour à tour par la mise en scène, la création théâtre et par des réalisations plastiques.

A travers leurs créations, ils souhaitent « Habiter le lieu » et nous rendre témoins attentifs, observateurs de l’état de notre monde tel que Pantagruel en porte la marque éponyme : puisque Panta – du grec veut dit tout et Gruel du « mauresque » veut dire altéré, cela signifie que lors de la nativité du géant, le monde se trouvait tout altéré. L’Humanité est en recherche de « désaltération » utile pour comprendre l’époque et inventer l’avenir !

Commissariat artistique Anne-Laure Chamboissier

Retrouvez RIEN NE VA PLUS sur Youtube


Deux artistes reçus en résidence à La Devinière



Jean-François Guillon

Jean-François Guillon développe depuis une vingtaine d’années un travail mettant en jeu le texte écrit : sculptures, dessins, poèmes visuels et dispositifs minimalistes, conçus à l’occasion d’expositions ou d’interventions dans l’espace urbain. Son travail a été montré récemment au centre d’art Le 19 à Montbéliard (2013), à la galerie Contexts à Paris (2014), et au Musée des Arts Décoratifs, où il a scénographié l’exposition de jouets Parade (2014). Il pratique également la performance : ses dernières propositions ont été présentées à la galerie Thaddaeus Ropac à Pantin (Jeune Création en 2016), à la galerie Laure Roynette (Paris) en 2018, ou à l’occasion de de la Nuit de la Philosophie (Beaux-Arts de Paris en 2018, UNESCO en 2019). Il exposera son travail en 2020 au Centre d’art Jean Cocteau (Les Lilas), et réalisera à l’occasion une intervention dans la ville.  Enfin, il collabore avec Didier Galas depuis 2007, en prenant en charge la conception visuelle des spectacles qu’ils conçoivent ensemble (scénographie, costumes), et en assurant une présence scénique sur certains projets. 

www.jeanfrancoisguillon.fr



Didier Galas

Didier Galas s’est très tôt intéressé au masque et à la révélation du corps au plateau. Une passion qui le transporte depuis plus de trente ans de l’Occident vers l’Orient, et du métier d’acteur à celui de metteur en scène. Prônant un théâtre dans la Cité, son approche trouve une expression poétique inspirée par le poète François Rabelais, et un engagement politique à l’image du personnage Ahmed inventé par le philosophe Alain Badiou. En 2014, il fonde la compagnie les Hauts Parleurs, avec l’artiste Jean-François Guillon. Dernièrement, il a présenté Ahmed revient au Festival d’Avignon 2018 ou La Vérité sur Pinocchio au TNP-Villeurbanne, en 2016. Il a initié un cycle théâtral Rabelais : Paroles horrificques et dragées perlées (Centre Pompidou-Paris, 2006) ; Parlaparole (Festival Mettre en scène TNB-Rennes, 2012) ; Rabelais versus Nostradamus (Auditorium du Louvre-Paris, 2014) ; La Vertu héroïque (Scène Thélème-Paris, 2017) ; Rien ne va plus sera l’aboutissement de ce travail.

www.leshautsparleurs.org

Fermer