Tout l’agenda

Rien ne va plus ! [exposition & théâtre]

Trois « œuvres-sites », et une performance, autour de l’œuvre de François Rabelais.
Le projet du duo mêle arts visuels, performance et arts de la scène.

Restitution de la résidence d’artistes dans le cadre d’ACTES thème : Habiter le lieu

LE PROJET

« Rien ne va plus » est un projet hybride. Il se compose de l’installation d’une série d’œuvres sur le site du Musée Rabelais et d’un parcours-performance qui les relie. L’ensemble révèle l’imbrication entre réalité, langage et fiction que l’on retrouve dans toute l’œuvre de Rabelais. Les pièces installées sur le domaine consistent en une série de propositions formelles expérimentant le dessin de la lettre et l’écriture du mot pour offrir une re-lecture ouverte du lexique rabelaisien. Ce travail, qui mêle formes végétales, animales et écriture, insectes et signes typographiques, propose une approche contemporaine des notions d’enluminure et de typographie. La performance, présentée dans un lieu qui était non seulement la probable maison d’enfance de François Rabelais mais aussi la source d’inspiration de son imagination débridée, permettra d’appréhender la Devinière comme un espace où réel, fiction, langue et littérature s’entremêlent. Aux questionnements liés à l’avenir incertain de notre planète mondialisée (Rien ne va plus), seront confrontées les réponses surprenantes de Rabelais.


Deux artistes reçus en résidence à La Devinière



Jean-François Guillon

Jean-François Guillon développe depuis une vingtaine d’années un travail mettant en jeu le texte écrit : sculptures, dessins, poèmes visuels et dispositifs minimalistes, conçus à l’occasion d’expositions ou d’interventions dans l’espace urbain. Son travail a été montré récemment au centre d’art Le 19 à Montbéliard (2013), à la galerie Contexts à Paris (2014), et au Musée des Arts Décoratifs, où il a scénographié l’exposition de jouets Parade (2014). Il pratique également la performance : ses dernières propositions ont été présentées à la galerie Thaddaeus Ropac à Pantin (Jeune Création en 2016), à la galerie Laure Roynette (Paris) en 2018, ou à l’occasion de de la Nuit de la Philosophie (Beaux-Arts de Paris en 2018, UNESCO en 2019). Il exposera son travail en 2020 au Centre d’art Jean Cocteau (Les Lilas), et réalisera à l’occasion une intervention dans la ville.  Enfin, il collabore avec Didier Galas depuis 2007, en prenant en charge la conception visuelle des spectacles qu’ils conçoivent ensemble (scénographie, costumes), et en assurant une présence scénique sur certains projets. 

www.jeanfrancoisguillon.fr



Didier Galas

Didier Galas s’est très tôt intéressé au masque et à la révélation du corps au plateau. Une passion qui le transporte depuis plus de trente ans de l’Occident vers l’Orient, et du métier d’acteur à celui de metteur en scène. Prônant un théâtre dans la Cité, son approche trouve une expression poétique inspirée par le poète François Rabelais, et un engagement politique à l’image du personnage Ahmed inventé par le philosophe Alain Badiou. En 2014, il fonde la compagnie les Hauts Parleurs, avec l’artiste Jean-François Guillon. Dernièrement, il a présenté Ahmed revient au Festival d’Avignon 2018 ou La Vérité sur Pinocchio au TNP-Villeurbanne, en 2016. Il a initié un cycle théâtral Rabelais : Paroles horrificques et dragées perlées (Centre Pompidou-Paris, 2006) ; Parlaparole (Festival Mettre en scène TNB-Rennes, 2012) ; Rabelais versus Nostradamus (Auditorium du Louvre-Paris, 2014) ; La Vertu héroïque (Scène Thélème-Paris, 2017) ; Rien ne va plus sera l’aboutissement de ce travail.

www.leshautsparleurs.org

Haut de la page

Fermer